index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Suzanne Comhaire-Sylvain
« île en île » - page d'accueil

Suzanne Comhaire-Sylvain
photo de Suzanne Sylvain prise en février 1919
D.R. photo léguée par M. Jean Comhaire à K. Gyssels

Suzanne Comhaire-Sylvain, de son nom d'épouse, était la fille de Georges Sylvain (1866-1925), symbole de la résistance à l'occupation américaine, et d'Eugénie Malbranche. Elle est née le 6 novembre 1898 à Port-au-Prince (Haïti). Elle est morte à la suite d'un accident de la route au Nigéria, le 20 juin 1975. Ce tragique accident mit fin à une carrière fulgurante, cependant semée d'embûches, et sous-évaluée à l'époque. De fait, cette femme eut le courage, en tant que femme, de sortir des sentiers battus dans un pays où les rares chercheurs et scientifiques étaient tous des hommes. De surcroît, à l'époque où Suzanne commença ses travaux, la République était pro-américaine, alors qu'elle alla prouver que la culture haïtienne avait d'incontestables racines africaines, et que le créole mérita d'être considérée comme une langue à part entière. Linguiste et folkloriste, elle avait hérité les dons artistiques et la soif intellectuelle de son père, auteur de Cric ? Crac ! fables de la Fontaine racontées par un montagnard (1901).

Ses sœurs aussi furent des femmes remarquables: Madeleine (Sylvain-Bouchereau, 1905-1970, morte à New York) fonda en 1934 la « Ligue Féminine d'Action Sociale », qui œuvra pour l'amélioration de la condition féminine haïtienne ; activiste de renom, elle est entre autres auteure de Haïti et ses femmes (1941). Yvonne Sylvain (1907-1989) fut la première femme-médecin d'Haïti et la première gynécologue-obstétricienne du pays. Plusieurs articles de leurs mains figurent dans la revue Voix des femmes. Elle fut la nièce de Bénito Sylvain, co-fondateur du panafricanisme, et la sœur de Normil Sylvain (1900-1929), poète et fondateur en 1927 de La Revue indigène.

Première anthropologue noire de son pays, Suzanne Comhaire-Sylvain fut l'élève de Malinovski, travailla en 1949 avec Alfred Métraux, et participa à une mission importante de l'Unesco sur les couches rurales et paysannes dans l'arrière-pays haïtien. Grâce à son mari, le Belge Jean Comhaire, qui fut chef du département d'anthropologie à l'Université de Nsukka, Suzanne Comhaire-Sylvain ajouta à son parcours haïtien un parcours africain.

Il est impossible d'énumérer ici le travail colossal de cette Haïtienne guidée par un seul idéal : servir son pays, faire connaître le folklore. Cette activité inlassable (plus de 200 articles!) fut récompensée par de nombreuses distinctions : prix de l'Alliance Française, la Médaille de l'Académie Française, la Grande Médaille de l'Alliance française et la Médaille de la Société pour l'encouragement du progrès.

– Kathleen Gyssels

Lisez l' « hommage à ma femme », par Jean Comhaire, son mari.

Oeuvres principales:

Essais:

Ouvrages collectifs:

Articles sélectionnés:

Pour une liste de plus de 200 articles de Suzanne Comhaire-Sylvain, consultez le huitième tome de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer à Bruxelles.

Traductions:

In English:

Sur Suzanne Comhaire-Sylvain:

Sites et liens sélectionnés
Liens sur Suzanne Comhaire-Sylvain

sur « île en île »:

ailleurs sur le web:

Retour:

 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
Dossier Comhaire-Sylvain préparé par Kathleen Gyssels
tous droits réservés © 2002-2005
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/comhaire-sylvain.html
mise en ligne: 21 novembre 2002 ; mise à jour : 8 juillet 2005