index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Frankétienne
« île en île » - page d'accueil
espace

Frankétienne espace
photo © Kathleen Gyssels
novembre 2000, Bruxelles

Enseignant, chanteur, comédien, dramaturge, écrivain et peintre, Frankétienne (alias Franketienne ou Franketyèn), de son vrai nom Franck Étienne, est né le 12 avril 1936 dans une section rurale de l'Artibonite, suite, dit-il, au « viol d'une paysanne haïtienne de treize ans par un vieil industriel américain ». Cette scène primitive, qui est d'abord récit pour l'enfant presque blanc élevé sans connaître son père dans un milieu populaire noir, deviendra le motif principal d'un de ses livres les plus achevés, H'Éros-Chimères (Prix Carbet 2002), un énorme « roman familial » de 350 pages de format 8,5 x 11 pouces. Complètement éclaté dans sa forme – où images (peintures, copy art), jeux de caractères (typo-poésie) et calligraphies se combinent pour faire de chaque page un objet d'art que Frankétienne nomme « spirale » comme la plupart de ses textes non dramatiques depuis Ultravocal (1972) –, cette œuvre limite est aussi le récit des déchirures d'une société minée par une gangrène populiste autoritaire et obscurantiste qui a conduit, en l'année de son bicentenaire, le pays haïtien au fond d'un gouffre que préfiguraient déjà, jusqu'à un certain point, L'oiseau schizophone (1993) et la série picturale des « Têtes » (1999-2000).

Accroché obstinément à son bout d'île qu'il a refusé de quitter même pour un court séjour durant les années Duvalier, et qu'il refuse encore de quitter trop longtemps, malgré les sollicitations nombreuses et la furie des exodes, publiant régulièrement (depuis quarante ans) dans les deux langues des traditions littéraires haïtiennes, jouissant d'une large audience nationale, plus qu'aucun autre, Frankétienne est écrivain haïtien. Créateur nocturne (écrivant et peignant la nuit) : sismographe de la trop longue nuit duvaliérienne, et de l'interminable décente aux enfers lavalassiens, chacune de ses grandes œuvres est profondément ancrée dans l'histoire contemporaine haïtienne. Chacune témoignant, malgré l'homme ou l'écrivain qui se veut avant tout créateur, d'un moment de la « conscience nationale ».

Ultravocal (1972) : le vertige de l'errance sans fin ni finalité, le pays habité par « le mal majeur » forçant ses enfants à l'exode massif sans espoir ni désir de retour. Qu'on se rappelle cette scène tragique de Mûr à crever (1968) : chassés des Bahamas, quatre Haïtiens, sur le bateau du retour, se jettent à l'eau, se livrant aux requins de la mer caraïbe plutôt que de revoir l'enfer duvaliériste. Mais Ultravocal, c'est d'abord l'aventure du langage, un travail inouï sur la langue française qui fait de ce livre, de 415 pages, un monument de littérature d'expression française dont la réédition en 2004 (par Hoëbeke à Paris) est acclamée par la presse française toute tendance confondue, du Monde au Figaro en passant par Lire et L'Humanité.

Tourmenté comme il l'est, Frankétienne ne pouvait se dérober à l'urgence d'une aventure au cœur de la langue haïtienne, sa maternelle. En 1975, il publie le premier roman haïtien, au sens fort du terme : Dézafi (réédité en France par Vents d'ailleurs en 2002). Plus qu'une révélation : au-delà des mots, Frankétienne, caisse de résonance des maux de la Nation, visionnaire (il se dit plutôt « miraculé », faisant allusion à sa traversée sans prison ni tortures de la dictature duvaliériste, expression qui lui inspire également en 2004 le titre de la spirale, Miraculeuse), écrivait, dix ans avant, la chute du régime jean-claudiste en 1986 : la résurrection par le sel de la bande des zombis.

Mais entre le désespoir sans borne d'Ultravocal et le réveil brutal de Dézafi, il y a le passage obligé par l'insoutenable exil : Pèlin-Tèt (1978). Cette exemplaire adaptation, en mémoire de Franck Fouché, de Les Émigrés de Mrožëk, qui a connu un succès sans précédent dans l'histoire du théâtre contemporain haïtien, tant en Haïti qu'à l'étranger, consacra définitivement Frankétienne, écrivain national. Ce premier contact réel avec les diverses couches des populations haïtiennes du dedans et du dehors porte Frankétienne à investir de plus en plus le mode dramatique. Ainsi, après une fructueuses collaboration avec Jean-Pierre Bernay, pour la mise en scène de Bobomasouri (1984), Kaselezo (1985) et Totolomanwèl (1987), Frankétienne passe sur la scène pour diriger et jouer Totolomanwèl – dans une version à un comédien (1990) et dont il fait un vidéo (1996) – puis Kalibofobo (1988, 1997), Pèlentèt – d'où il tire également un vidéo (2000) –, jusqu'à Foukifoura (2000), œuvre pour un comédien qui lui assure une entrée remarquée au off d'Avignon en 2004.

À partir de Kaselezo, cette attente interminable de deux femmes d'un enfant qui n'arrive pas à naître depuis trop longtemps, son théâtre, fortement influencé par celui de Beckett, notamment son Godot, est avant tout une synthèse de réflexion de l'artiste face l'absurdité du monde et les misères haïtiennes. Ce théâtre auto-réflexif, plutôt monologique – même dans les pièces à plus d'un personnage – bien que novateur sur les plans langagier et thématique, s'inscrit (notamment par la mise en scène) dans une tradition dramatique haïtienne qui remonte au-delà des années 1960 avec la légendaire figure de Languichatte de Théodore Beaubrun (1919-1998), lui assurant ainsi un immense succès national.

Depuis, cette large audience populaire, tant au pays que dans la diaspora, s'est doublée d'une encore plus grande dans les milieux intellectuels haïtiens et étrangers. C'est ainsi qu'en 1979, le magazine français Demain l'Afrique lui consacre quatre pages ; en 1982, Marie-Michèle Amédée présente un mémoire de maîtrise à l'Université de Montréal sur Dézafi ; Kaselezo est présentée à Beaubourg (Paris) en 1986 et, en 1987, au Festival de théâtre des Amériques à Montréal ; cette même année la revue Dérives (Montréal) consacre un numéro spécial à Frankétienne. Dézafi occupe une place fondatrice pour la nouvelle génération de la « créolité » martiniquaise (voir Lettres créoles, 1991) ; en 1997, Pèlin-Tèt est jouée dans une traduction anglaise, The Noose, au New Immigrant Theatre Festival de New York, puis elle est rééditée en 2002 dans la nouvelle orthographe haïtienne par The Institute of Haitian Studies (University of Kansas) ; en 1998, un premier livre, L'Oiseau schizophone, est réédité à Paris par Jean-Michel Place qui reprendra en 2000 Les Affres d'un défi ; et enfin les éditions Vents d'Ailleurs reprennent en huit volumes Les Métamorphoses de l'Oiseau schizophone (2004-2005). Avec le XXIe siècle l'œuvre de Frankétienne fait son entrée dans le discours académique anglo-américain, avec des mémoires et thèses qui lui sont entièrement ou partiellement consacrés ; on trouve une entrée importante sur la vie et l'œuvre de Frankétienne dans l'encyclopédie, France and the Americas: Culture, Politics, History (2005) et un numéro spécial de la revue Journal of Haitian Studies (2008).

Voilà grossièrement le portrait de l'écrivain et de l'artiste, non de l'homme, auquel le Musée d'art haïtien du Collège Saint-Pierre rend hommage en 2004 avec une grande exposition – Franketienne: Entre ténèbres et lumière – de ses vingt fresques sur la révolution haïtienne. ÉTIENNE, Franck devenu Frankétienne, avec la publication de Ultravocal, puis Franketienne avec Bobomasouri (1984), ou Franketyèn avec la réédition américaine de son Pèlentèt (2002): haïtianisant encore plus son nom – l'orthographiant selon la nouvelle graphie haïtienne, tout en renouant avec l'écriture française, donc conservant également l'orthographe première, ou tout simplement oscillant sans cesse dans le tumulte de ses pulsions, comme en témoigne sa spirale bilingue dite « francréolophonique », Voix marassas (1998), en quête d'un nom (propre) lui permettant d'accéder à la signature.

Quoi qu'il en soit, ÉTIENNE, Franck, Frankétienne, Franketienne ou Franketyèn – co-fondateur à la fin des années 1960 avec René Philoctète et Jean-Claude Fignolé du mouvement spiraliste, largement inspiré, entre autres, du nouveau roman français et de l'expérience joycienne – pour plusieurs critiques, aujourd'hui, à l'égal des Dos Passos, des Césaire, des Carpentier, des Naipaul, est un de ces géants qui ont marqué et marqueront les littératures américaines. Polygraphe, l'un des rares à écrire avec force et bonheur dans deux grandes langues littéraires caribéennes: le français et l'haïtien. Il a su trouver dans différentes formes d'expressions populaires haïtiennes la source vive de nouvelles esthétiques, tout à fait modernes et actuelles, dont Ultravocal (1972), Dézafi (1975), Kaselezo (1985 / 1987), L'Oiseau schizophone (1993) et H'Éros-Chimères (2002) sont exemplaires.

– Jean Jonassaint

espace

[ Écrit spécialement pour Île en île, ce texte reprend en partie mon introduction au numéro de Dérives, « Frankétienne, écrivain haïtien » (1987). JJ.]

bleu

Oeuvres principales:

En créole:

Pyèsteyat:

Roman:

En français:

Nouvelles:

Entretiens:

Enregistrement sonore:

Filmographie:

Textes de Frankétienne enregistrés et mis en musique:

Sélection de textes publiés dans des ouvrages collectifs:

Prix et distinctions littéraires:

Principales Expositions:

bleu

Traductions:

In English:

en español:

bleu

Sur Frankétienne:

Bibliographie adaptée de celle de Jean Jonassaint dans: Dérives, 53/54 (1987):  8-12, utilisée avec permission.
tous droits réservés

Ouvrages collectifs:

Études sur Frankétienne:

Dans la presse:

espace
Sites et liens sélectionnés
Liens sur Frankétienne
espace

sur Île en île et à CUNY:

ailleurs sur le web:

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 1999-2014
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/franketienne.html
mise en ligne : 17 octobre 1999, mise à jour : 10 septembre 2014