index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Jean-Marie Gustave Le Clézio
« île en île » - page d'accueil
espace

espace Jean-Marie Gustave Le Clézio
photo © Aurélie Raynal
Toulouse, mai 2005
C'est d'une autre identité qu'il doit être question aujourd'hui, à la veille d'un nouveau millénaire. Une identité qui permettrait de conjuguer la spécificité culturelle de chacun et les grandes exigences de la fraternité humaine, à propos de l'injustice, des abus de l'enfance, des mauvaises conditions réservées aux femmes, à propos des guerres modernes dont les premières victimes sont civiles, à propos du déséquilibre économique mondial et de ces nouvelles frontières intérieures dressées contre la pauvreté, à propos des dangers que les puissances industrielles font courir à l'environnement.*

Jean-Marie Gustave Le Clézio naît le 13 avril 1940 à Nice. Le Clézio passe les premières années de son enfance à Roquebillière, petit village situé à la rive droite de la Vésubie dans l'enfer de la deuxième guerre mondiale. Il n'est pas étonnant que ces moments troubles lui inspirent Étoile errante. Il est élevé par sa mère et sa grand-mère qui lui insufflent un goût pour la lecture et pour l'écriture.

Il effectue un voyage en Afrique en 1948 pour y retrouver son père, Raoul Leclézio, médecin britannique en service pendant vingt-deux ans au Cameroun anglophone et au Nigeria. Cette expérience africaine lui inspire plus tard la publication d'Onitsha et de L'Africain. Entre 1952, date de la mort d'Alexis Leclézio, son grand-père maternel, et 1958, date à laquelle il est admis à 17 ans en Lettres Supérieures et renvoyé d'Hypokhâgne un an plus tard par le professeur Jean Onimus, Le Clézio s'essaie dans divers arts : peinture et littérature. Il abandonne le premier et privilégie le second. Il explore tour à tour plusieurs genres littéraires : poésie, roman, essai philosophique, essai historique.

Pendant ces années de tâtonnement au cours desquelles il bénéficie d'une double allégeance française et anglaise, il se rend en Angleterre en 1959 où il se fait recruter comme professeur de Lettres à Bath. Son inscription à l'Université de Bristol, pour présenter une licence d'anglais, se solde par un échec. Deux ans plus tard, il obtient un certificat de grammaire et de philologie avec mention très bien. En 1964, il soutient un mémoire en vue d'un Diplôme d'Études Supérieures sur le thème : « La Solitude dans l'œuvre d'Henri Michaux ».

La véritable aventure littéraire de Le Clézio commence avec la publication de Le Procès-verbal, roman qui obtient le prix Renaudot en 1963. Puis commence un enchaînement de nouvelles, d'essais, de romans, de romances qui évoquent des modèles de personnages rencontrés dans ses multiples voyages en Thaïlande, où il est expulsé pour défaillance au droit de réserve, au Mexique où il vit de 1970-1974 avec les Indiens Emberas et les Wounaans. Cette expérience amérindienne, qui se prolonge dans d'autres lieux, comme le Michoacán et le Nouveau Mexique, lui inspire La Guerre, Haï et Les Géants. Il vit à Jacona, au pied du volcan Paricutín pendant une dizaine d'années qui lui permettent de faire la connaissance des mythes anciens, de l'histoire et de la tradition des Amérindiens. La traduction des textes comme La relation du Michoacán et Les Prophéties du Chilam Balam, et l'écriture des textes narratifs comme Le Rêve mexicain, La Fête chantée, Angoli Mala et Ourania et le texte de nature descriptive Diego et Frida attestent d'une réelle emprise de Le Clézio par l'imaginaire amérindien.

Il soutient une thèse sur le thème « La relation de Michoacán » à l'Université de Perpignan. Il enseigne à l'Université du Nouveau Mexique à partir de 1977.

Le Sahara occidental, dont Jémia, sa femme depuis 1975, est originaire, lui inspire Désert, roman qui reçoit le prix Paul Morand de l'Académie française en 1980, et la publication d'un journal de voyage, Gens des nuages qui relate effectivement les étapes de ce périple à la rencontre des personnages légendaires, ancêtres de sa femme.

Le rapprochement de Le Clézio avec l'Île Maurice ressemble à une quête des origines. Alexis François Leclézio, fils de Arnaud Leclézio et de Anne Dutoit, parti de Bretagne juste après son mariage avec Marie Julienne Monple le 18 août 1793 pour cette île, prête serment au nom de la couronne britannique en 1810, date du début de la colonisation anglaise. Sa progéniture jouera un rôle de premier plan aussi bien dans la vie politico-économique de Maurice que dans ses différentes enflures sociales. Tous les Leclézio qui y sont demeurés jusqu'à ce jour sont mauriciens. Le Clézio consacre une littérature abondante à cet espace mémoriel : Le Chercheur d'or, Voyage à Rodrigues, La Quarantaine, Sirandanes et une partie de « Trois aventurières ». Révolutions résume l'itinéraire riche et tumultueux de ce personnage-oxymore, écrivain du monde, de tous les mondes.

Il n'y a pas d'aire géographique ni d'espace culturel qui ne soit évoqué, cité ou concerné explicitement ou implicitement par l'œuvre de Le Clézio. Ce chantre de la fraternité universelle fait le constat d'un univers dont l'arc-en-ciel constitue la métaphore la plus achevée, un monde tout couleur ou tout simplement sans couleur qui intègre et implique toutes les espèces humaines et, au-delà, toute la biocénose. Le regard que Le Clézio porte sur l'homme résume l'ambiguïté des considérations contemporaines sur les identités et atteste aussi de l'unité de l'espèce sans nier la diversité des cultures : unité et diversité qui sont au cœur de toute articulation socio-politique de l'Île Maurice que les Leclézio, ses ancêtres, ont marquée de leur empreinte et qui reste à jamais le paradis perdu de cet écrivain.

L'œuvre leclézienne joue sur plusieurs registres complémentaires qui théâtralisent tous les modes de vie en les distribuant de façon hasardeuse non seulement dans leurs milieux originels, mais aussi dans tous les espaces où les personnages se découvrent au gré des ruptures et des successions de leur histoire.

Jean-Marie Gustave Le Clézio est le lauréat du Prix Nobel de Littérature 2008. Dans son communiqué de presse du 9 octobre 2008, l'Académie suédoise salue « l'écrivain de la rupture, de l'aventure poétique et de l'extase sensuelle, l'explorateur d'une humanité au-delà et en-dessous de la civilisation régnante ». En superposant les imaginaires de l'Europe, du Moyen Orient, de l'Amérique indienne, de l'Afrique, du Maghreb, de l'océan Indien, des Nouvelles Hébrides, à la fois dans leur transparence et dans leur opacité, Le Clézio montre que l'expérience humaine est une, que ses modalités diverses sont d'autant plus stimulantes, riches et fécondes qu'elles sont radicalement autres. La question centrale que l'œuvre le clézienne pose, et qui lui vaut enfin le Nobel, est : comment penser la diversité et la mondialité sans rompre l'unité ?

– Raymond Mbassi Atéba

* Discours de Jean-Marie Gustave Le Clézio prononcé à l'occasion de la réception du Doctorat Honoris Causa à l'Université de Maurice en 1999, reproduit dans Italiques 6 (1999), page 6.

espace

bleu

Oeuvres principales:

Romans:

Nouvelles, contes, romances:

Portraits:

Journaux de voyage:

Essais:

Poésie:

Traductions par J.-M. G. Le Clézio:

Mémoire:

Articles et critiques sélectionnés:

Prix et distinctions littéraires:

bleu

Études sur Jean-Marie Gustave Le Clézio:

Articles sélectionnés:

Revues, magazines et ouvrages collectifs sur Le Clézio:

Thèses sélectionnées:

Entretiens et interviews:

bleu

Traductions:

in English:

en español:

L'œuvre de J.-M. G. Le Clézio est également traduite en allemand, chinois, danois, grec, hébreu, italien, japonais, portugais, russe, suédois, turc...
espace
Sites et liens sélectionnés
Liens sur Le Clézio
espace

ailleurs sur le web:

critique:

Prix Nobel de Littérature 2008:

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
Dossier Jean-Marie Gustave Le Clézio préparé par Raymond Mbassi Atéba
tous droits réservés © 2006-2014
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/leclezio.html
mise en ligne : 22 février 2006 ; mise à jour : 29 mars 2014