index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Simone Schwarz-Bart
« île en île » - page d'accueil
espace

Simone Schwarz-Bart espace
photo © Catherine Millet

Simone Schwarz-Bart est née le premier août 1938 en Charente, où sa mère, une institutrice, s'était rendue en raison de la mutation de son époux, un militaire. Rentrée au pays dès l'âge de trois ans, elle fait des études à Pointe-à-Pitre, puis à Paris et à Dakar.

Cette diaspora se reflètera dans toute son écriture, explorant le triangle imaginaire Afrique, Europe, Antilles. Mais plus importante encore, puisque catalyseur de son parcours d'auteure, est la rencontre avec André Schwarz-Bart à Paris. Elle, alors âgée de 18 ans, de dix ans sa cadette, suit la gestation lente et difficile du chef d'œuvre de celui-ci : Le Dernier des Justes (prix Goncourt 1959). C'est lui qui stimule Simone à écrire, convaincu et de sa virtuosité artistique et de son talent de conteuse.  Simone file le créole guadeloupeen dans la langue de narration obligatoire, témoignant de la condition antillaise, à plusieurs égards similaire à celle des Juifs. Détail à relever : l'auteure prend le nom de son mari, déjà connu, et l'on ignore le nom du père, « matrifocalité oblige ». 

Soulignons la co-écriture, phénomène unique dans l'histoire littéraire (française) : Un plat de porc aux bananes vertes (1967) est un roman écrit à quatre mains. Le tissage de l'exil antillais et juif, du « français de France » et du « patwoi » guadeloupéen, le portrait touchant de la vieille Mariotte qui se meurt dans le « Trou » parisien, n'en sont que quelques dimensions qui garantissent sa brûlante actualité. En même temps, le mélange ou mé-tissage de différents registres langagiers, l'exil et l'errance, les allusions à Césaire et à Villon annoncent qu'il s'agit d'une narration créole avant la lettre. Que les auteurs annoncent en hors texte l'ambitieux projet d'un cycle de sept romans couvrant l'esclavage jusqu'aux Antilles contemporaines prouve que les Schwarz-Bart nourrissaient ensemble le vœu d'une œuvre châpeautant plusieurs siècles d'histoire antillaise.

Toutefois, pour toutes sortes de raisons, les auteurs, ayant vécu pendant des années en pays diola (Sénégal), et ensuite en Suisse et à Paris, décident d'écrire chacun de son côté cette œuvre monumentale. Simone Schwarz-Bart réalise seule un best-seller, « inépuisable et inépuisé » (selon Chamoiseau et Confiant), un roman incontournable dans tout survol des lettres antillaises, voire caribéennes ou postcoloniales. Pluie et vent sur Télumée Miracle a été écrit simultanément avec Ti Jean L'horizon, épopée antillaise qui, cependant, n'aura pas le retentissement du récit de vie de la dernière Lougandor.

André Schwarz-Bart, de son côté, publie un roman « historique » exceptionnel, La mulâtresse Solitude (1972), qui reste lui aussi inégalé dans le petit corpus de romans antillais historicisants, tant sa beauté et sa peinture de Solitude, victime de la Revolution française, sont inaltérables. Les Schwarz-Bart ont encore co-signé une étonnante encyclopédie en six volumes intitulée Hommage à la femme noire, où le volume trois retient surtout notre attention : « fiches » poétiques de toutes ces héroïnes noires absentes de l'historiographie officielle, mais survivant dans les légendes et les contes créoles.

Les Schwarz-Bart semblent depuis se résigner au silence, « la séparation est un grand océan, et plus d'un s'y noie », se méfiant l'arène médiatique et académique. André enferme chez lui, dans le Chinatown de Paris des manuscrits inédits et s'installe régulièrement à Bois Debout, auprès de la mère de Simone, Alice Brumant. Simone a laissé son magasin de mobilier créole, le « Tim, Tim » à Pointe-à-Pitre, pour un restaurant créole. Toutefois, Ton beau capitaine, pièce en un seul acte auquel j'emprunte la citation susmentionnée est un bijou de sobreté, une fois de plus, la dramaturge réussit à parler franchement du « nègre des nègres », du « moins que rien » : l'Haïtien venu couper la canne à Karukéra, île où les habitants ne sont pas à l'abri de réflexes racistes.

– Kathleen Gyssels

espace

bleu

Oeuvres principales:

Romans:

Théâtre:

Essai:

Nouvelles:

Prix et distinctions littéraires:

bleu

Livres, thèses sur Schwarz-Bart:

Articles, presse sur Simone Schwarz-Bart:

bleu

Traductions:

in English: en español: in het Nederlands:

Pluie et vent sur Télumée miracle a été traduit en douze langues.

espace
Sites et liens sélectionnés
Liens sur Simone Schwarz-Bart
espace

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

bleu

Retour à:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
Dossier Simone Schwarz-Bart établi par Kathleen Gyssels, avec la collaboration de Suzanne Crosta
tous droits réservés © 1999-2013
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/schwarz-bart.html
mise en ligne 1er mai 1999 ; mise à jour : 17 octobre 2013